Plantes Sauvages en Bord de Mer : TOP 5

5 PLANTES CÔTIÈRES À L’HISTOIRE COMESTIBLE INTÉRESSANTE

AVERTISSEMENT : AVANT DE CONSOMER UNE PLANTE CEUILLIE « SAUVAGEMENT », ASSUREZ-VOUS QU’ELLE SOIT COMMESTIBLE. VOUS DEVEZ EN ETRE SUR A 100% AVANT DE LA CONSOMMER. DANS LE CAS INVERSE, IL NE FAUT ABOSULEMENT PAS LA CONSOMMER.

Aujourd’hui, je passe une grande partie de mon temps dans des jardins privés et communautaires (et parfois même dans le mien) à travailler avec des plantes et j’ai beaucoup appris au cours des dernières années sur les endroits où les plantes de jardin prospéreront, sur la façon dont elles se combineront avec leurs semblables et sur le moment où elles voleront la vedette. Mais ma connaissance de notre flore indigène est encore au stade de plantule, avec seulement quelques piliers dont je me souviens des promenades dans les chemins de campagne gallois avec mes grands-parents (Herb Robert, Red Campion, Lords and Ladies…) Je n’ai pas encore développé la capacité de me connecter à un paysage en observant ses plantes comme je l’ai fait avec les oiseaux, après des années d’observation, d’écoute et d’apprentissage.

Cette année, j’ai donc commencé à développer mes connaissances sur notre flore sauvage. J’ai assisté à plusieurs excellents cours aux jardins botaniques de Cambridge – sur les arbres en hiver (bâtons), les arbres en été (bâtons avec des feuilles) et la taxonomie difficile (axée sur les docks, les carex, les ombellifères, les crucifères et les saules). Ces cours ont été intéressants et utiles – non pas parce que je peux identifier beaucoup plus de choses qu’auparavant, mais parce qu’ils m’ont ouvert un tout nouveau monde de plantes indigènes et une nouvelle façon de les regarder – en me concentrant sur la structure de la plante et ses liens avec les habitats indigènes, plutôt que de considérer les plantes en termes d’intérêt pour le jardin et de possibilités esthétiques.

C’est ainsi que je me suis retrouvé à la RSPB de Minsmere dans le Suffolk cette semaine, accroupi dans la végétation, me concentrant sur la vie végétale plutôt que sur la vie des oiseaux. J’ai fait une brève incursion à East Hide avec le reste de la famille pour m’émerveiller devant les avocettes emblématiques et me disputer sur l’identité d’une femelle de tarier des prés ou de tarier des prés, mais j’ai surtout erré le long du rivage en apprenant à me connecter au paysage par le biais de sa végétation. J’ai appris à identifier de nouvelles espèces et j’ai aimé faire des recherches sur leur histoire et leur utilisation. J’ai été surprise par le nombre d’espèces dont les parties sont comestibles, du moins en théorie et historiquement (certaines ne sont plus consommées en raison de leurs effets toxiques et d’autres sont des espèces protégées dans certaines régions).

Voici quelques-unes de mes nouvelles connaissances préférées et les raisons pour lesquelles j’ai trouvé leur histoire captivante :

1. LE POIS DE MER (LATHYRUS JAPONICUS)

Ces magnifiques petites fleurs papilionacées (en forme de papillon) sont de minuscules taches de couleur dans un paysage par ailleurs vert et beige. Les fleurs de cette plante vivace traînante ont des liens évidents avec les pois de senteur et les pois de jardin avec leurs 5 pétales (l’étendard dressé, les 2 « ailes » latérales et les 2 pétales inférieurs soudés formant la « quille »).

La délicate fleur de pois de mer

Les graines flottent et peuvent rester viables pendant une période impressionnante de 5 ans. Il a été enregistré pour la première fois en 1570 et était si abondant qu’il était considéré comme une source de nourriture précieuse dans le Suffolk en période de famine. Cependant, comme beaucoup d’autres membres du genre, elle contient une neurotoxine qui peut provoquer une maladie appelée lathyrisme si elle est consommée en grande quantité. Le lathyrisme provoque la paralysie et reste un problème dans certaines régions du monde où de grandes quantités de graines de lathyrus sont consommées en raison de la pauvreté et de la famine.

Le Suffolk abrite un pourcentage important de la population de pois de mer, qui est rare au Royaume-Uni. La cueillette ne serait donc plus une option responsable, même s’il existait un consensus sur la sécurité de sa consommation en petites quantités, ce qui n’est pas le cas.

Magnifique et énigmatique pois de mer

2. RADIS DE MER (RAPHANUS MARITIMUS)

Très présent le long de la côte, j’aime le radis de mer pour ses fleurs jaunes ou blanches et son abondante profusion. Les fleurs ne sont pas conventionnellement belles, mais j’ai passé pas mal de temps à étudier les fleurs de Brassicaceae à travers une lentille le mois dernier, examinant les quatre pétales en forme de croix qui ont donné à la famille son ancien nom, Cruciferae. La structure ouverte des fleurs et les quantités généreuses de radis de mer ajoutent une touche de fraîcheur et d’air aux dunes. Bien que les Brassicaceae que je connais le mieux soient cultivées pour leurs parties comestibles, la famille comprend également des plantes ornementales favorites comme les giroflées, l’aubretia, l’honnêteté et le bouillon de nuit.

Nuages de fleurs fraîches de radis de mer

Les gousses de graines sont clairement visibles à cette époque de l’année et me rappellent les radis à queue de rat qui ont pris possession du potager l’année dernière et ont produit des centaines de gousses de graines (au goût de chou plutôt désagréable à mon avis). L’abondance du radis de mer et le fait qu’il puisse être récolté pour ses feuilles, ses fleurs et ses jeunes gousses, en particulier en hiver lorsque les autres cultures sauvages sont rares, en font une source d’alimentation sauvage précieuse. Bien que je n’en aie pas récolté moi-même cette fois-ci, il est possible que le goût soit meilleur que celui de la variété à queue de rat, car j’aime généralement les gousses de radis des variétés qui ne sont pas cultivées de manière conventionnelle pour leurs gousses de graines (je ne sais pas trop pourquoi elles ont meilleur goût – peut-être est-ce simplement parce que je ne m’entends pas avec tout ce qui contient  » queue de rat  » dans le titre en raison du traumatisme du thé de compost aux orties – voir l’article du blog consacré à la soupe aux orties).

Gousses de radis de mer

Radis à queue de rat dans le jardin l’année dernière

3. CHOU MARIN (CRAMBE MARITIME)

Autre membre de la famille des Brassicaceae, le chou marin était l’un des aliments préférés des Victoriens et leur habitude de déterrer les plantes pour essayer de les cultiver dans leurs jardins a contribué à leur déclin dans la nature. Aujourd’hui, les plantes sont encore rares dans certaines régions, mais elles poussent en abondance sur certaines parties de la côte du Suffolk. Toutefois, il est désormais possible de cultiver le chou marin à partir de graines, ce qui permet d’éviter d’exercer une pression sur les ressources locales. Les graines sont disponibles auprès de Suttons Seeds et de The Organic Gardening Catalogue, ou les plantes peuvent être achetées auprès de Victoriana Nursery Gardens à partir de 2017. (Tous les liens sont basés sur mes connaissances personnelles et mon utilisation de ces fournisseurs. Il ne s’agit pas de liens sponsorisés). Le chou marin est un légume intéressant à cultiver en raison de sa nature vivace et de ses nombreuses parties comestibles – racines, feuilles, fleurs et graines. Si vous souhaitez en savoir plus sur le chou frisé, le blog fascinant de Mark Williams, Galloway Wild Foods, contient davantage d’informations sur la recherche de nourriture et Alison Tindale offre d’excellents conseils pratiques sur la culture et la propagation dans The Backyard Larder (Le garde-manger du jardin).

Pousses de choux frisés émergeant des galets.

4. HOUX DE MER (ERYNGIUM MARITIMUM)

Le chardon de mer est une autre plante parfaitement adaptée à la croissance sur les galets végétatifs, avec sa longue racine pivotante qui s’étend sur un mètre ou plus et un système racinaire étendu qui aide à protéger l’environnement contre l’érosion. Les pousses peuvent être blanchies et utilisées comme substitut de l’asperge, tandis que la racine peut être cuite comme légume ou confite et utilisée comme friandise.

Houx de mer argenté sur les galets

Les Eryngium spp. sont traditionnellement plantés dans les jardins pour leur valeur ornementale. Les feuilles et les bractées cireuses et glauques, qui protègent la plante des dommages causés par le soleil et le vent, créent également le magnifique éclat bleu argenté qui contraste si bien avec les fleurs orange et jaunes telles que Helenium, Anthemis et Achillea, ou complète les combinaisons bleues et violettes avec d’autres fleurs telles que Allium, Echinacea et Perovskia.

Fleurs bleues au-dessus des bractées glauques

Pour plus d’informations sur l’histoire et les propriétés comestibles du houx de mer, je vous recommande Plants for a Future. J’ai découvert cette ressource il y a plusieurs années, lorsque j’ai acheté le livre d’occasion à la réserve RSPB de Conwy. En ligne, il s’agit d’une étonnante base de données de plus de 7 000 plantes comestibles et médicinales, avec leurs utilisations historiques et modernes. Je l’utilise régulièrement, à la fois comme source d’informations historiques fascinantes et pour m’aider à maximiser l’utilisation des plantes qui poussent dans mon jardin et mon potager.

Houx de mer épineux sur le bord des galets et des dunes

5. MAUVE DES MARAIS (ALTHAEA OFFICINALIS)

La mauve des marais est une plante des berges des rivières à marée, des marais salants, des prairies humides et des marges côtières. Les fleurs sont plus petites et plus pâles que celles de la mauve commune. La plupart des mauves sont utilisées comme nourriture depuis des siècles au Royaume-Uni et dans le monde entier, et la mauve des marais était apparemment un mets délicat à l’époque romaine. Comme le pois de mer, la mauve des marais est encore consommée dans des pays comme la Syrie comme aliment de base en période de famine, mais sans les effets secondaires regrettables.

Les fleurs de la mauve des marais ont une teinte rose-lilas qui leur confère une certaine douceur

La sève mucilagineuse de la racine est utilisée comme friandise depuis l’époque égyptienne, mélangée à du sucre et à des blancs d’œufs pour former une meringue qui durcit à la cuisson. Les guimauves modernes n’utilisent plus Althaea officinalis comme base de la confiserie, mais la plante a encore une myriade d’utilisations. La racine peut être cuisinée comme un légume, les feuilles sont utilisées pour épaissir les soupes et les fleurs et la racine sont transformées en thé. La mauve a également de nombreuses applications médicinales énumérées dans Plants for a Future et d’autres informations historiques intéressantes sont disponibles dans A Modern Herbal (1931) de Mme M. Grieve, désormais accessible en ligne.

🍀 Après avoir exploré les plantes sauvages en bord de mer, retournons sous l’eau pour découvrir plantes et créatures marines.

Fleur de mauve commune (Malva sylvestris)

La mauve commune est rare au Royaume-Uni de nos jours et n’est donc pas une option viable pour la recherche de nourriture, mais des graines peuvent être achetées auprès de nombreux fournisseurs, tels que Kings Seeds et Jekka’s Herb Farm. Avec un endroit humide dans le jardin, il devrait être possible de cultiver Althaea officinalis pour faire des guimauves, comme légume ou à des fins médicinales. On peut aussi la cultiver simplement pour attirer les insectes pollinisateurs et pour créer un lien avec notre histoire florale naturelle riche et variée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Livraison Offerte

Retour Simplifié

SAV Français

Transaction Sécurisée

Panier